14/11/08 : Gustave Courbet

Trois ventes aux enchères, où certains tirages ont battus des records absolus, n’ont pas suffit à disperser l’immense collection de photographies anciennes rassemblées (souvent sauvées de l’ignorance et parfois de la destruction) par Marie-Thérèse et André James depuis les années 50. Toute la “préhistoire” de la photographie y figurait. Contre toute attente, cette quatrième vente chez Sotheby’s recèle encore quelques trésors… Je n’ai pas pu m’empêcher d’aller tâter quelques vestiges centenaires, comme ce lot n°169 contenant seize portraits du sulfureux peintre de L’origine du monde.
(le peintre) (les collectionneurs) (les trésors)

Commentaire [1]

31/01/08 : chez le magicien

Le regard était posé là. Entre deux lampées d’un excellent vin du Jura, dégusté chez mon voisin Eric, cette photographie signée Gilles Ehrmann m’a attirée. Je ne connaissais rien à Ghérasim Luca. Ni au vin jaune d’ailleurs…
Reparti avec son “Héros-Limite” sous le bras, chaloupé par l’alcool, je découvre avec délice la fulgurante finesse et l’esprit renversant d’un poète revendiqué apatride et “hors la loi” (cliquez ici). A déguster sans modération !

Commentaire

19/01/08 : habitat fossile

Vestiges d’un séjour.

Commentaire

16/01/08 : mémoire vive

L’écrivain François Jonquet est venu voir mes portraits de Daniel Emilfork, pour la couverture d’un livre qu’il lui consacre.
Tout tient dans une boite Kodak 24/30 : les négatifs, planches contactes et tirages de quatre séances faites entre 1996 et 2001. En les parcourant, les mots raffinés et graves, l’improbable accent, les fous-rires homériques et l’insondable amertume de Daniel rugissent autour de moi. Je pense souvent à lui, à son “étrangeté” qui lui servait de paravent, aux heures passées à discuter de sa vie au service du jeu ou de son inéluctable disparition, qui le hantait. Ces “madeleines” photosensibles seront-elles aussi vivaces lorsque l’intégralité de mes “boites à images” seront ingérées par un disque dur ?

Commentaire